Cent forêts

Cent forêts

Cent forêts

Installation déambulatoire

Note d’ouverture

Conçue comme un environnement plastique et sonore éphémère, l’installation Cent forêts est constituée de matières simples : papiers, métaux, peaux, éléments ou fibres organiques. À mesure que ces matériaux sont mis en forme, ils se chargent symboliquement. La lumière les transforme ensuite pour créer des images instables ou fragiles.
Les gestes qui ont fait naître ces installations sont tout aussi importants que les installations elles-mêmes.

L’archaïsme de ces images convoque nos perceptions intimes ; les ombres nous plongent dans le monde sensible.

Le Théâtre de Nuit crée des spectacles de théâtre d’ombres et de figures, art vivant à la croisée du théâtre, des arts plastiques et du mouvement. Cent forêts est le premier volet d’une forme théâtrale déambulatoire.

Tyltyl et Myltyl, deux frère et sœur, sont les personnages aventureux de notre précédent spectacle; nous les avons invités à sortir de scène pour nous accompagner dans la traversée de Cent forêts.
Dans la première salle, « la salle noire », nous sommes dans une caverne où la vie reprend peu à peu son court après une sorte de cataclysme qui a failli rendre la terre infertile.

Dans la salle « blanche », des forêts imaginaires apparaissent dans la lumière. Les ombres de nos corps se mêlent à cet espace de contemplation.

Ici, nous ne sommes pas spectateurs, nous interagissons avec le monde dans lequel nous baignons ; nous sommes projetés en lui et il se projette en nous.

Aurélie Morin / Le Théâtre de Nuit

Nourrie d’explorations en extérieur, diurnes et nocturnes, au milieu des arbres, l’exposition Cent forêts revisite nos émotions premières : la peur, le désir, l’exaltation, l’effroi, l’émerveillement… Cent forêts met en scène une multitude de forêts miniatures qui, sous l’effet de la lumière se déforment, se meuvent. Elles nous transforment, nous déplacent vers une perception plus fine d’environnements à la fois expressifs et silencieux. Des personnages archétypaux s’y révèlent. Notre imaginaire rencontre celui des enfants. Un dialogue s’installe. Il nous remémore des temps anciens où les animaux, les humains, les végétaux, percevaient un langage commun. Nous déambulons parmi des êtres complices qui nous murmurent à l’oreille : sans forêts, votre ombre disparaîtrait et lentement, dans la brume, tout s’effacerait.

Mais nos ombres n’en finissent plus de grandir, de changer de couleur et d’entrer dans la danse rituelle de ces forêts habitée.

 

Plus d’infos  www.lux-valence.com/calendrier/cent-forets

La mécanique des paysages

La mécanique des paysages

La mécanique des paysages

La mécanique des paysages s’inscrit à la croisée
 de l’activité de transmission (ateliers avec des publics) et de création (spectacles de la compagnie / petites formes / installations) et se construit en rhizome dans différentes temporalités et différents espaces. Nous partons de la notion de paysage pour traduire en ombres et en figures des rêveries nous reliant physiquement et de manière visionnaire aux environnements qui nous entourent. Nous ne sommes plus spectateurs de ces environnements. Ils sont expressifs, ils nous meuvent et nous en sommes les acteurs sensibles.

Cette expérience artistique à l’échelle d’un territoire et de ses habitants questionne la notion de paysage à travers le prisme du théâtre d’ombres et de lumières. Nous expérimentons des processus d’écriture à la croisée des arts plastiques, de l’art chorégraphique et du théâtre. Nous portons notre attention à créer un espace de rencontres entre les différents publics qui donnent corps à une communauté humaine: enfants, adultes, personnes âgées, personnes en situation de handicap…

Nous abordons avec les participants la notion de paysage comme milieu qui nous entoure et avec lequel nous sommes en continuité : nous sommes le paysage. Les publics sont invités à partir de textes et d’images d’inspiration à imaginer le lien sensible que nous pouvons tisser avec le paysage pour qu’il ne soit plus seulement affaire de vue, mais affaire de vivre.
Les ateliers de « la mécanique des paysages » sont envisagés comme un espace d’expérimentation à la fois au cœur de la rencontre avec des publics et du processus de création de la compagnie.

Ce travail sensible s’organise autour du mouvement et du corps, en passant par le dessin, l’expérience et la mise en forme de matières, la construction d’objets, de personnages, d’installations… Un va et vient entre l’espace de construction et de mise en jeu des ombres permet au public de comprendre et d’appréhender le théâtre d’ombre comme un art total.

Par ces cheminements, le Théâtre de Nuit cherche à convoquer l’imaginaire et la sensibilité de chacun pour les mettre au service d’une œuvre collective. Le groupe apprend un nouveau rythme, un nouveau souffle, afin d’organiser un ballet d’ombres nous racontant des histoires.

Remix

Photos © Julie Clément

Préambule

Photos © Julie Clément

Ombres & couleurs

Photos © Julie Clément

La fabrique

Photos © Julie Clément

Matières & lumières

Photos © Julie Clément

Déambule

Photos © Julie Clément

Transmissions

Transmissions

Transmissions

L’equipe du Théâtre de Nuit consacre une part importante de son activité et de sa réflexion à la transmission.

Chaque projet de transmission est construit en lien étroit avec un territoire et ses acteurs (théâtre, école, familles, residence pour les personnes agees…). Il est le lieu de rencontre entre un public, l’univers et les recherches de la compagnie et se déploie dans la durée.
Tous les projets de transmission sont en liens avec les spectacles et les créations en cours. Menes en amont ou en aval des representations, ces espaces d’expérimentation avec les participants en atelier permettent de partager la demarche artistique de la compagnie et ses techniques mais aussi de poursuivre un travail de recherche plastique et visuelle.

À partir d’une idée, d’un texte, d’une émotion, l’équipe cherche à apporter une matérialité pour la donner à voir. Ainsi le travail sensible s’organise autour du mouvement et du corps, en passant par le dessin, la construction…
Un va et vient entre l’espace de construction et de manipulation des ombres permet au public de comprendre et d’aborder le théâtre d’ombres comme un tout.

Par ces cheminements le Théâtre de nuit cherche à convoquer l’imaginaire et la sensibilité de chacun pour les mettre au service d’une œuvre collective. En s’inspirant des qualités de chaque individu, le groupe apprend un nouveau rythme, un nouveau souffle afin d’organiser collectivement un ballet d’ombres nous racontant une histoire.

Contacts

Elise Gascoin — Plasticienne
elisegascoin@letheatredenuit.org

Chloé Attou — interprétation chorégraphique, manipulation

La mécanique des paysages

Nous partons de la notion de paysage pour traduire en ombres et en figures des rêveries nous reliant physiquement et de manière visionnaire aux environnements qui nous entourent. Nous ne sommes plus spectateurs de ces environnements. Ils sont expressifs, ils nous meuvent et nous en sommes les acteurs sensibles.

Projets passés

Projets passés

Projets passés

2017 — 2018
Conseil départemental de la Drôme

Ateliers avec dix classes de 6e ; installation immersive et manipulable La mécanique des paysages.

2017 — 2018
Théâtre de Privas

Restitution spectaculaire avec des classes de 6e

2016 — 2017
Comédie de Valence CDN Drôme Ardèche

Ateliers avec une classe de 6e CHAT (option théâtre), un IME pour jeunes adultes malentendants, des personnes détenues du centre pénitentiaire de Valence.

2014 — 2015
Le Granit, scène Nationale de Belfort

Ateliers et installation manipulable La maison rêvée des ombres.

2014 — 2015
Le Palais idéal du facteur Cheval

Ateliers avec des groupes d’enfants et de personnes âgées ;
Installation manipulable La maison rêvée des ombres.

2013 — 2014
TJP CDN d’Alsace – Strasbourg

Installation Microcosmogonies, classe de grande section de maternelle, d’étudiants en arts-appliqués et de personnes âgées. Partenariat avec l’HEAR de Strasbourg et les élèves en section illustration et les familles accueillies par l’association Entraide-relais

2012 — 2014
Le Théâtre de Villefranche

Ateliers et installations L’enfant de la haute mer ; Le retour de Garance.

2010 — 2011
La maison des arts du Léman

Ateliers et installation Le corps paysage.

2009 — 2010  / 2010 — 2011
Théâtre de Bourg en Bresse

Restitution spectaculaire — Classes de primaire

2007 — 2008
Le Channel scène Nationale de Calais

Ateliers et restitution mise en scène et jouée au Channel. 

2007 — 2008
Bonlieu scène Nationale d’Annecy

Ateliers menés auprès de 600 enfants sur toute la saison : Installation grand format Au fil du geste, visible dans la galerie de Bonlieu.