Créatures

Créatures

Créatures

Sous la peau des murs…

Performance extérieure in situ au cœur des villes, des villages ou d’ailleurs

Tout public
Théâtre d’ombres projetées
à la tombée de la nuit en deux temps :
  • Une déambulation (10’)
  • Une projection sur une place, façades, bâtisses, monuments… (20’ environ)

Possibilité de jouer plusieurs fois le tout dans la même soirée

Comme un rêve performatif

Ambiance

Créatures nous plonge dans le temps du mythe et celui du rêve. Dans cet espace-temps de l’entre-deux, des créatures fabuleuses nées de la forêt ou d’un autre temps, végétaux et éléments primordiaux prennent place dans la cité.

Ces êtres de la métamorphose nous interrogent sur notre relation au vivant et à la nature, autant à l’échelle intime que collective ou universelle. Ils viennent chuchoter à l’oreille des humains qu’ils sont là tout près, que leur monde invisible se mêle quotidiennement au nôtre. Cette mémoire ancienne cachée dans les fissures et sous la peau des murs fait surface à la première lueur ou au premier coup d’œil qui la révèle. Ce temps suspendu est une invitation au point d’arrêt et à la métamorphose du regard que nous portons sur les lieux que nous habitons. Une manière d’intégrer à nos vies le rêve comme source de résistance, de jeu et d’évasion.

Déroulé

1. En préambule, une procession étrange s’initie dans les rues. Les premiers personnages intriguants, silhouettes humaines, sont là et invitent le public à les suivre avec leurs veilleuses pour se diriger vers une place.

2. Sur le lieu de projection, les installations d’ombres et les dispositifs de théâtre d’ombres les y attendent, la performance peut commencer. Sur les parois, des mots et des figurent apparaissent, peintures rupestres et graffitis éphémères. Les trois marionnettistes par leur manipulation en direct donnent peu à peu corps à un bestiaire imaginaire qui mêle projections grands formats et musique…

distribution

Conception, graphisme, mise en ombres Aurélie Morin
Objets, silhouettes Aurélie Morin et Elise Gascoin
Lumières, construction, régie Aurélien Beylier
Jeu, manipulation Aurélie Morin, Elise Gascoin, Aurélien Beylier
Régie Aurélien Beylier
Production Géraldine Kouzan et Stéphanie Roche
Diffusion Delphine Armand

Eléments techniques

Eléments techniques

Espace de jeu
1 prise électrique, extinction de l’éclairage public
Espace de jeu à partir de 10m × 10m

Équipe en tournée
2 marionnettistes et 1 régisseur-marionnettiste

Jauge public
De 250 à 400 personnes

Soutiens

Soutiens

Le Théâtre de Nuit est en convention avec le MCC Drac Auvergne-Rhône-Alpes, le Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes et bénéficie du soutien du Conseil Départemental de la Drôme et de la Communauté de Communes du Crestois et du Pays de Saillans-Coeur de Drôme

La Nuit transfigurée

La Nuit transfigurée

La Nuit Transfigurée

Concert, Ombres et Figures

Concert-ombres & figures en salle (théâtre, salle de concert) ou en extérieur (monuments historiques, forêts, festivals de musique…)

Tout public à partir de 11 ans
Durée : 50 minutes

 

Dyptique musical

1e partie

Un prologue de 20’ min sonore et visuel, sur une bande sonore exploratoire mêlant des voix et des matières improvisées des instruments

 

2e partie

Un Concert en ombres & figures de 30’ min avec une interprétation live avec Gaël Rassaert et les musiciens de l’orchestre La Camerata, sextuor à Cordes

 

En partenariat avec

Gaël Rassaert et les musiciens de l’orchestre La Camerata, sextuor à Cordes

« Un être se rend libre en se consumant pour se renouveler, en se donnant ainsi le destin d’une flamme. »

Gaston Bachelard

La Nuit transfigurée est une adaptation en théâtre d’ombres et de figures de l’œuvre musicale éponyme d’Arnold Schönberg composée à la fin du XIXe siècle.

Pour chorégraphier les ombres, la lumière et les figures, le Théâtre de nuit s’inspire du poème de Richard Dehmel, un texte anticonformiste qui fit scandale en 1896, dont s’inspira également Arnold Schönberg.

Un homme et une femme marchent dans la nuit, sous la lumière de la lune. De cette simple déambulation, se dévoile peu à peu la sensibilité du lien amoureux et des éléments qui unissent leurs âmes.

À travers cette création qui prendra la forme d’un diptyque, le Théâtre de Nuit explore de manière plus ténue les interactions entre la musique et le mouvement : pour la première fois, le Théâtre de nuit collabore avec un ensemble musical – La Camerata dirigé par le violoniste Gaël Rassaert – pour proposer un spectacle qui rassemblera en live les 6 musiciens du sextuor à cordes et 2 comédiens-marionnettistes de la compagnie pour incarner les deux personnages de l’histoire. En amont de cette partie et pour plonger physiquement dans l’œuvre du compositeur, la compagnie créera un prologue où l’environnement visuel du Théâtre de nuit sera enveloppé par une bande sonore électronique et expérimentale mêlée à des voix et aux matières improvisées des instruments.

Une exploration au cœur des fêlures : où le corps devient ombres sonores, où les ombres deviennent musique, où la voix devient mouvement, où l’image devient cinéma.

«  Pour cette nouvelle création, je me concentre sur les liens entre musique et mouvement des ombres et des figures. C’est pourquoi je souhaite composer pour La Nuit transfigurée un langage visuel volontairement simple et épuré. Imaginer des ombres chorégraphiées pour l’œuvre d’Arnold Schönberg m’invite à penser les images comme un environnement suggestif et perceptif où le spectateur peut vivre une expérience proche du rêve ou de la transe.

Parce que Arnold Schönberg s’est inspiré de sa propre rencontre amoureuse et d’un poème de Richard Dehmel lui même inspiré par l’environnement de la forêt, la nuit, je voudrais convoquer les forces premières du Théâtre d’ombres : sa capacité à nous transformer intimement depuis nos contrées intérieures tout en nous reliant aux entités et aux énergies de la nature ou de l’univers.

Une forêt profonde, habitée, lumineuse et protectrice s’anime. Cet environnement organique fait écho au caractère animiste du poème. Des forces invisibles et bénéfiques nourrissent et accompagnent deux amants en proie au doute et à la gravité. La forêt accueille et relie le mouvement intérieur des personnages à celui des êtres élémentaires de la forêt et du paysage lunaire et cosmique. Le doute s’apaise et se libère, se transforme en acceptation, puis en confiance et en abandon de soi à l’autre. Les « personnages » qui composent la scène, humains et non humains, sont comme autant de présences qui habitent un seul corps, celui du couple devenu joie et lumière. (…)

Extrait de la note d’intention d’Aurélie Morin, Directrice artistique.

 

Texte complet dans le dossier artistique
téléchargeable ci-dessous.
distribution

Distribution

Conception, mise en scène, graphisme, mise en ombres Aurélie Morin
Collaboration artistique Elise Gascoin
Création lumières et mise en son Aurélien Beylier
Temps de recherche Avec les compagnons du GEIC-Théâtre
Fabrication objets, silhouettes, marionnettes Aurélie Morin & Elise Gascoin
Production Géraldine Kouzan et Stéphanie Roche
Diffusion Delphine Armand

Direction musicale
Gaël Rassaert, violon
Louis-Jean Perreau, violon
Manon Tenoudji, alto
Estelle Gourinchas, alto
Valérie Dulac, violoncelle
Marwane Champ, violoncelle

Mouvements et manipulations
Aurélie Morin et Elise Gascoin
Régie générale & musique
Aurélien Beylier

Équipe de tournée
8 artistes-interprètes : 2 comédiens-marionnettistes & 6 musiciens
1 régisseur général
Interprétation
Sextuor à cordes de la Camerata

Soutiens

Coproduction

Les Aires – Théâtre de Die et du Diois Scène conventionnée Art en territoire
Lux – Scène nationale de Valence

Partenariat

La Camerata, dirigé par Gaël Rassaert
Temps de recherche avec les Compagnons du GEIC-Théâtre

Avec le soutien de

Le Mett – Atelier de la Marionnette – Le Teil

Le Théâtre de Nuit est en convention avec le MCC Drac Auvergne-Rhône-Alpes, le Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes et bénéficie du soutien du Conseil Départemental de la Drôme et de la Communauté de Communes du Crestois et du Pays de Saillans-Cœur de Drôme

téléchargement